syllogomanie symptomes
12 juin 2015

Syllogomanie : les prémices de la maladie ?

Par Celine Archets

La syllogomanie est une maladie mentale, et son impact sur la victime et son entourage peut être important. Chez les patients, il peut provoquer une maladie appelée « accumulation compulsive ». Concrètement, le sujet a accumulé un grand nombre d’objets divers dans la maison : dans les cas les plus extrêmes, les déplacements entre les pièces deviendront compliqués en raison de l’encombrement.

De plus, si cette maladie est trop évidente dans la maison, elle peut causer de graves problèmes d’hygiène (moisissure, champignon, invasion de parasites).

Comment reconnaître cette maladie ? Quels sont les signes à surveiller ?

Découvrez les principales caractéristiques de ce syndrome afin de le traiter au mieux

Un diagnostic incertain

Comme de nombreuses maladies mentales, le syllogisme n’est pas une maladie soudaine, il n’apparaît pas du jour au lendemain. En fait, cela se produit progressivement et tranquillement, et les symptômes s’aggravent généralement lentement, mais c’est très inquiétant.

Lorsque les proches et les membres de la famille découvrent que le problème existe, la victime souffre depuis des mois, voire des années. Tout d’abord, le syllogisme conduira à un profond repli sur soi.

La victime ne sortait pas ou peu sortie, évitait autant que possible les contacts avec le monde extérieur et, surtout, n’invitait personne chez elle. Contrairement aux accumulateurs compulsifs qui présentent fièrement ses dernières découvertes, le fou furieux de la syllogomanie endure la maladie sans vergogne.

Généralement, la syllogomanie est considéré comme lié à un ou plusieurs troubles obsessionnels compulsifs (TOC). Dans l’esprit des gens, ces troubles obsessionnels compulsifs ne sont pas forcément les mêmes : certains s’accumulent sans réfléchir, certains n’osent pas les jeter, et finissent par récupérer beaucoup d’objets inutilisés, et certains finissent par s’empiler de manière plus organisée (obsédé par la maladie ). Trier ou trier, par exemple).

Quelle que soit la forme que prend la maladie, le processus de traitement doit commencer le plus tôt possible. En effet, une personne liée par le syllogisme peut rarement s’en sortir seule : elle a besoin d’une aide spécifique et souvent pluridisciplinaire. Par conséquent, il est important de diagnostiquer le plus tôt possible.

Identifier la syllogomanie : responsabilité de l’entourage

Lorsqu’un être cher a une habitude à stocker des objets de toute sortes sans les jeter et se sent mal dans sa peau, il doit être observé plus attentivement pour écarter tout soupçon d’épisode maniaque en trois étapes.

Contrairement à certains malentendus, cette maladie ne provoque pas toujours un surpeuplement très impressionnant, surtout au début. Au début, on peut simplement remarquer que dans le domicile de la victime, des négligences lors du stockage, une tendance à ignorer la propreté, des objets plus ou moins gros éparpillés un peu partout, et surtout, un réel inconfort.

Le moment critique pour traiter cette maladie est encore la conscience.
En fait, les patients omettent souvent d’admettre leurs problèmes. Pour aggraver les choses, les gens autour de lui peuvent également avoir tendance à négliger son état.

La syllogomanie est une maladie à part entière : sur le plan physique, la victime ne présente aucun symptôme, ce qui n’aide évidemment pas les proches à s’en rendre compte. Cependant, face à une personne manifestement déprimée et complètement déconnectée des enjeux liés à l’entretien de son logement, il est nécessaire de réagir rapidement et efficacement afin de sensibiliser la famille et les victimes de la famille.

Une fois qu’un ami ou un membre de la famille se rend compte de l’existence de la maladie, vous devez essayer de discuter avec le syllogisme dans une atmosphère de confiance et lui montrer que vous pouvez l’aider et que son état n’existe pas. Il n’y a pas à rougir : c’est une vraie maladie et un spécialiste peut intervenir.

Les conséquences de la syllogomanie négligée

Selon une enquête publiée par Brown en 2012, on estime qu’environ 2% à 5% de la population peut être victime de thésaurisation compulsive, surtout dans la cinquantaine. Cependant, ces statistiques doivent être très prudentes : parce que le diagnostic de ce problème est compliqué, il est difficile d’obtenir des chiffres précis pour comprendre la fréquence de la maladie.

Cependant, il est certain que la gestion du syllogisme doit être la plus rapide possible. En fait, à long terme, cette maladie représente beaucoup de risques. Dans un temps court, socialement, les victimes ont tendance à s’isoler et à refuser toute entrevue avec leur famille et leurs amis, maintenant ainsi un sentiment général de malaise.

Côté matériel, les risques liés à l’insalubrité sont réels : si le stockage et le nettoyage ne sont pas effectués, la maison vieillira progressivement, et des poussières et autres moisissures pourront apparaître sous la montagne de choses. Enfin, pour les personnes atteintes de syllogisme, le déclin est progressif et réel : l’isolement devient de plus en plus important, la pression est permanente, et la honte empêche le dialogue avec qui que ce soit. À long terme, la dépression associée au syllogisme deviendra très importante.

Comment remédier au trouble de la syllogomanie ?

Il existe de nombreuses mesures qui peuvent être prises pour aider les personnes atteintes de syllogomanie. Plus important encore, le traitement doit être envisagé par un psychiatre ou un psychologue.

Selon la situation et la gravité de la maladie, plusieurs niveaux d’intervention peuvent être réalisés : un dialogue avec un psychothérapeute est toujours indispensable. De plus, selon l’état d’anxiété de la victime, des médicaments (antidépresseurs, anxiolytiques) peuvent être administrés.

De plus, afin d’aider les personnes atteintes de syllogomanie à recommencer, une autre étape est encore obligatoire : vous devez intervenir à domicile pour nettoyer toutes les pièces.

Idéalement, cette tâche peut être réalisée avec le patient afin qu’il puisse exprimer ses opinions et même participer à son échelle. Bien sûr, parce que le travail est parfois long et compliqué, les proches peuvent ne pas être en mesure de le faire.

Dans cette optique, il est fortement recommandé aux proches des syllogomanes de contacter Degotec.fr. Ils ont l’habitude de travailler au domicile de personnes atteintes de cette maladie : ranger la pièce, se déplacer à la déchetterie chercher des choses qu’il faut jeter, et nous mettons à disposition de l’association des objets qui peuvent avoir une seconde vie . Tout au long de l’intervention, ils travaillent dans le respect des patients et de leurs familles.